Actus

Histoire de la machine à coudre : beaucoup de fil à retordre

Photo pour article histoire de la machine à coudre

L’histoire de la machine à coudre est liée à plusieurs accusations, quelques tentatives infructueuses et un scandale important. D’une échappée à la mort très chanceuse aux lois sur les brevets, cette histoire intéressante illustre bien la difficulté qu’a eu la machine à coudre pour se faire une place dans les foyers.

Une forme d’art qui remonte à 20 000 ans en arrière

L’histoire de la machine à coudre n’existerait pas sans l’art de la couture à la main. Nos ancêtres ont commencé à coudre à la main pour la première fois il y a environ 20 000 ans, lorsque les premières aiguilles étaient faites à partir d’os ou de cornes d’animaux et le fil était fabriqué avec des tendons d’animaux. Notre instinct inventif explique la progression naturelle à vouloir améliorer les techniques de couture et les rendre moins laborieuses. Ceci est d’autant plus vrai lors de la révolution industrielle du 18ème siècle, quand il est devenu primordial et nécessaire de diminuer la couture manuelle dans les usines.

1755 : le premier brevet

L’allemand Charles Weisenthal a reçu un brevet britannique pour une « aiguille conçue pour une machine ». Il n’y a pas de description d’une machine mécanique dans le brevet de Weisenthal, cependant cela démontre qu’une telle invention était déjà nécessaire.

Weisenthal - histoire de la machine à coudre
Charles Weisenthal

1790 : le premier prototype détaillé

L’histoire de la machine à coudre commence surtout ici. L’anglais Thomas Saint a conçu la première véritable machine à coudre. Le brevet décrit une machine fonctionnant avec une manivelle à utiliser pour le cuir et la toile. Personne ne sait vraiment si Mr Saint a construit un prototype, mais en 1874, William Newton Wilson a trouvé les dessins du brevet. Les dessins étaient tellement détaillés qu’il a construit une copie exacte, prouvant que la machine fonctionne.

William Newton - machine à coudre
Un modèle de machine réalisée par Willam Newton basée sur les dessins de Thomas Saint

Début du 18ème siècle : de nombreuses tentatives pour beaucoup d’échecs

Il est important de souligner que toutes les esquisses de machine à coudre faites avant le premier succès avaient une aiguille qui se déplaçait d’un côté à l’autre et qui été alimentée par une manivelle.

  • 1810 : Balthasar Krems invente une machine automatisée pour coudre des bonnets. Il n’a pas breveté son design mais cela n’a pas fonctionné de toute façon.
  • 1814 : un tailleur autrichien, Josef Madersperger, a reçu un brevet en 1814. Il a essayé plusieurs modèles différents, toutefois malgré sa persistance, ils ont tous échoués.
  • 1818 : John Adams Doge et John Knowles inventent la première machine à coudre aux Etats-Unis, mais celle-ci ne pouvait coudre que quelques morceaux de tissu avant de casser.
Madersperger, le tailleur autrichien
Madersperger, le tailleur autrichien

1830 : la première machine à coudre qui fonctionne

Cocorico ! 40 ans après que Thomas Saint ait dessiné et décrit une machine à coudre, nous avons enfin la première machine qui fonctionne. Barthelemy Thimonnier, un tailleur français, a inventé une machine utilisant une aiguille crochue et un fil, créant un point de chaîne pouvant coudre jusqu’à 200 points par minute.

 

La première machine à coudre de Barthelemy Thimonnier, 1830.
La première machine à coudre de Barthelemy Thimonnier, 1830.

1830 : une émeute et la mort qui passe de peu

Après avoir réussi son brevet, Thimonnier a ouvert la première usine de vêtements au monde dont la production était faite à partir de la machine. Son but était de produire des uniformes pour l’armée française. Mais lorsque d’autres tailleurs français ont pris connaissance de son invention, ils n’ont pas aimé cela. Craignant que la machine ne les pousse au chômage, ils ont brûlé l’usine alors que Barthelemy Thimonnier était encore à l’intérieur. Morale de l’histoire, ne criez jamais victoire trop vite. Son inventeur en est presque mort.

Bathelemy Thimonnier
Bathelemy Thimonnier

1834 : les principes passent avant l’argent

Walter Hunt a créé la première machine à coudre fonctionnelle aux Etats-Unis, mais il se posait quelques questions morales. Hunt pensait qu’une telle machine entraînerait la perte d’emploi pour beaucoup de personnes, alors il n’a pas pris la peine de breveter le design. Vous comprenez bien maintenant pourquoi cette histoire ne va pas être un long fleuve tranquille.

Machine à coudre basée sur les dessins de Walter Hunt
La machine à coudre basée sur les dessins de Walter Hunt

1844 : la perte d’un brevet

Les machines à coudre que nous avons vues jusqu’ici sont toutes composées d’éléments désordonnés, sans que rien ne fonctionne vraiment. En 1844, l’inventeur anglais John Fisher a conçu une machine à coudre éliminant cette disparité entre les parties mobiles. Cependant, un problème dans le formulaire à l’Office des brevets a provoqué la perte de son brevet, ce qui fait qu’il n’a jamais reçu de reconnaissance.

 

Une femme travaillant sur la machine de Elias Howe
Une femme travaillant sur la machine de Elias Howe

1845 : Elias Howe et le point noué

L’américain Elias Howe invente une machine à coudre qui ressemble à celle de Fisher, avec quelques réglages et ajustements. Son brevet était pour inventer “un processus qui utilise du fil de 2 sources différentes”. Sa machine utilise deux fils, l’un passant à travers une aiguille et l’autre provenant d’une canette, créant ce qu’on appelle le point noué.

Commercialiser son design n’a pas été chose simple, il a donc décidé de sauter dans le gros bain en prenant un bateau pour l’Angleterre. Après un long séjour, il est revenu aux Etats-Unis pour découvrir que d’autres personnes avaient copié son mécanisme de point noué. L’une d’eux étant un certain Isaac Merritt Singer.

La machine à coudre d'Elias Howe brevetée en 1846
La machine à coudre d’Elias Howe brevetée en 1846

1851 : l’introduction d’Isaac Singer

Isaac Merritt Singer est l’un des fabricants de machines à coudre les plus connus, construisant un empire toujours en place aujourd’hui. Ses machines à coudre Singer emblématiques sont magnifiquement ornées et presque légendaires. Il a développé la première version de notre machine à coudre moderne, avec une pédale et l’aiguille se déplaçant de haut en bas. Il a également été inspiré par certains éléments des inventions précédentes de Howe, Hunt et Thimonnier, ce qui a amené Howe à porter plainte.

Première machine à coudre de Isaac Merritt Singer brevetée en 1851
La première machine à coudre de Isaac Merritt Singer brevetée en 1851

1854 : du vrai fil à retordre

Elias Howe
Elias Howe

Elias Howe a décidé d’emmener Singer au tribunal pour violation des brevets, où il a défendu son cas avec succès. Isaac Singer a essayé de se référer à l’invention de Walter Hunt, expliquant que Howe a récupéré cette idée. Malheureusement pour Singer, cela n’a eu aucun impact car le manque de brevet sur la conception de Hunt indiquait qu’il s’agissait alors d’une propriété intellectuelle utilisable par n’importe qui.

Ce qui est intéressant, c’est que si le brevet de John Fisher n’avait pas été rempli incorrectement à l’Office des brevets, il aurait également été impliqué dans le procès puisque les inventions de Howe et de Singer étaient assez proches de celle de Fisher.

Par conséquent, Singer a été forcée de payer une somme forfaitaire de redevances de brevet à Howe, ainsi que de lui donner une part des bénéfices de la société I.M. Singer & Co.

 

Isaac Merritt Singer
Isaac Merritt Singer

Malgré toutes ces allégations, cette dramaturgie et ces litiges juridiques, Howe et Singer sont tous les deux morts multimillionnaires et ces deux inventeurs pionniers ont donné au monde la machine à coudre. Sans ces premières tentatives infructueuses et la persévérance de vouloir créer quelque chose qui éviterait aux ouvriers de longues et périlleuses heures de travail, qui sait à quoi ressemblerait notre industrie de fabrication de vêtements aujourd’hui. L’histoire de la machine à coudre est compliquée et, par conséquent, de nombreux amateurs débattent encore pour revendiquer le titre de véritable inventeur. Notre position ? Nous sommes juste très heureux de ne plus avoir à utiliser des tendons et des os d’animaux.

 

Tous ces inventeurs ont fait de nombreuses erreurs avec leurs machines à coudre. Nous voulons être sûrs que cela ne vous arrive pas, alors voici « les 11 pièges à éviter lorsque l’on débute en couture ».

 

Join the discussion

Your email address will not be published. Required fields are marked *